Programme du prochain concert

Le 29 novembre 2020 à Neudorf


                      « Les prières juives en miroir » 

I. L’entrée solennelle dans le lieu de prière

1.    Ma tovou, de Louis Lewandowski                         
2.    Ma tovou, d’Ernest Bloch (extrait du « Service Sacré »)            

II. La prière du coucher réparateur sous la protection divine

3.    Hachkiveinou, de David Shukiar                         
4.    Hachkiveinou, de Jack Taylor                         

III. La prière de bienveillance envers l’accueil divin des prières

5.    Yih’you lerotson, d’Ernest Bloch                        
6.    Yih’you leratson, de Sherry Kosinski - voix de femmes            

IV. Deux versions du Psaume 103 

7.    Enoch (Nª 1), de Lewandowski                        
8.    Enoch (Nº 2), de Lewandowski                        

V. L’hymne médiéval « Seigneur de l’univers »

1.   Adon olam, sur l’air de Sarastro (Mozart, « La flûte enchantée »)     
2.   Adon olom, de Josef Goldstein – Vienne 1872              

VI. Psaume fondateur du 1er commandement des Tables de la loi

3.    Betseis Yisroël, de Hans Bloemendal                     
4.    Betseis Yisroël, grégorien hébraïque - voix d’hommes            

VII. Prière de Sanctification – Prière contemporaine

5.    Retsei, de Stephen Richards                        
6.    Hali’ha lékeissaria/Eli, Eli, de David Zehavi/Hanna Senesh         

VIII. La paix, le but premier, le but final

7.    Sim chalom, de David Schiff                         
8.    Sim chalom, de Meïr Finkelstein 

 

Direction musicale : Hector SABO

Solistes (chefs de pupitre)

Gaëlle François, soprano
Emma Gutierrez, soprano
Olivier Schreiber, ténor
Jean Moissonnier, basse

Flûte à bec: Maria Teresa Velasquez
Piano et grand-orgue: Léo Sabo

« Les prières juives en miroir »
 

Lorsque l’on se lève le matin, pour la grande majorité d’entre nous, on se regarde dans le miroir.

Le miroir nous renvoie une image de nous-mêmes, que parfois on aime, et parfois on aime un peu moins.

Quand c’est le 2e cas de figure, on fait tout notre possible pour améliorer cette image, pour la reconsidérer ou pour chercher un angle, un profil qui nous convient davantage. Puis, on s’habille, et on continue à essayer d’améliorer notre image jusqu’à la rendre satisfaisante, à notre goût. Avec les années, l’image va changer, mais le sujet reste le même. 

Les compositeurs de musique liturgique cherchent, eux aussi, à améliorer l’image d’un texte qui leur parle, qui leur raconte des choses et qu’ils essayent de traduire en musique. Ils essayent ainsi d’améliorer la perception que l’auditeur pourra avoir de ce texte, en lui donnant un habillage sonore musical qui leur est propre.

Chaque compositeur le fait donc à sa manière, avec ses outils, avec la technique de composition qui lui est personnelle, et surtout avec sa sensibilité. Il reflète son image à lui dans sa musique.

Pour les textes de prière de la liturgie juive, les exemples sont très abondants en ce qui concerne l’habillage musical de certains d’entre eux. Il ne s’agit pas simplement de créer des mélodies, des airs, pour une prière quotidienne, mais d’inventer un univers sonore à partir d’un texte liturgique : un hymne, un verset biblique, ou un psaume, destiné à une occasion spéciale.

Et cette occasion spéciale, tout au long de l’histoire de la musique, - cela pouvait être un office particulier – de chabbat, par exemple – ou une fête religieuse qui n’arrive qu’une fois dans l’année, comme Pessa’h, par exemple, ou aussi une célébration exceptionnelle, comme un mariage, une cérémonie de circoncision, une Bar-Mitsva, l’intronisation d’un rabbin ou une commémoration particulière ; ou même un concert !

C’est donc ce type d’événements exceptionnels qui a réveillé la créativité et l’inspiration des compositeurs à partir de textes spirituels, des textes à vocation universelle, qui parlent à tous et qui veulent exprimer une communion d’idées, un partage collectif, même en dehors des croyances individuelles.

Les Polyphonies Hébraïques de Strasbourg voudraient ainsi partager avec vous ces « Prières juives en miroir », un miroir qui confronte deux compositeurs à partir d’un même texte. Deux compositeurs qui, le plus souvent, ne se connaissaient pas, ou qui ont vécu à des époques différentes, ou dans des pays ou des continents éloignés. Ce qui les rapproche, ce sont ces textes, des textes millénaires, écrits en hébreu, la langue de la Bible hébraïque. 

Et c’est donc cette musique que nous vous présentons ce soir, en miroir. Vous entendrez, à partir d’un même texte, deux compositions différentes, parfois d‘époques différentes, parfois de pays différents. Mais il se peut aussi qu’il s’agisse d’un même compositeur, comme vous allez l’entendre à la fin de la première partie, qui présente deux visions différentes du même texte sacré. Découvrons à présent les détails de ces musiques qui délivrent différemment, le même message, en miroir.  
 

  • Tov Lehodoss
  • -
  • (Louis Lewandowski)
00:00 / 00:00

Concerts à venir

Collégiale de Thann (68)

Eglise Protestante

Strasbourg-Neudorf

 

Salle de l'Ancienne Douane Haguenau

à 15 et à 18 heures